Les nouveaux comportements des internautes

Publié le 7 Septembre 2013

Le numérique a tiré l’économie du gratuit vers une montée ascendante et ceci est dû spécialement au coût qui tend vers le zéro du business en ligne.

Avec le développement de ce concept, le business classique sera en face d’un réel danger, l’argent n’aura pas une importance telle que ce dernier a maintenant, il y aura de nouvelles raretés qui seront identifiés au futur « Nous entrons dans une ère où la gratuité sera considérée comme la norme et non pas comme une anomalie » D’après Anderson.

Les modes de financement de la gratuité :

* Le modèle fremium : on propose une version gratuite qui est diffusée au grand public couplée avec une version payante plus adaptée et plus développée et ceci pour un marché de niche. Une personne paye et d’autres ont une version gratuite.
* Le modèle publicitaire.
* Les subventions croisées : on vous offre un produit pour vous encourager à acheter un deuxième. Si tu t’abonne avec notre réseau internet, on te donne le modem gratuitement.
* Le coût marginal nul : Quand le produit ne coute rien et qu’il est simple de l’offrir, on ne le fait pas payer le client.
* L’échange de travail : c’est offrir un service gratuitement, tout en attendant de l’utilisateur qu’il contribue par exemple au développement de notre site en donnant des recommandations.
* L’économie du don : c’est quand l’argent n’est pas le principal moteur. C’est l’économie du partage qui prend de l’ampleur (Ex : Wikipédia)
Toutefois, l’économie classique peut se baser sur des aspects importants, qui ne peuvent pas être utilisé par le numérique pour faire face au gratuit comme par exemple la confiance, on ne peut pas télécharger la confiance par exemple, c’est un élément intangible qui a une valeur importante dans un monde qui est devenu saturé.

Alors pour dépasser le gratuit, on peut distinguer 6 valeurs génératives :

* L’immédiateté : Avoir le produit tout de suite après l’avoir payé sans attendre qu’on vous livre.
* La personnalisation : c’est adapter le produit au client, et ceci nécessite une connaissance approfondie sur le client (un artiste avec ses fans).
* L’interprétation
* L’authenticité : Avoir une version certifiée, fiable et authentique qui fonctionne bien ;
* Le mécénat : « je suis convaincu que l’audience souhaite payer les créateurs. Les fans veulent récompenser les artistes, musiciens, auteurs et autres à la hauteur de leur appréciation car ça leur permet de maintenir un lien. Mais ils ne vont payer que si c’est très facile à faire, d’un moment raisonnable et en étant sûr que l’argent ira directement aux créateurs. L’expérience récente très médiatisée de Radiohead laissant les fans payer ce qu’ils souhaitent pour une copie gratuite est une excellente illustration de la puissance du mécénat. Le lien immatériel et insaisissable entre ce que les fans apprécient de l’artiste avant quelque chose ».

« Ces valeurs génératives demandent une compréhension de la façon dont l’abondance engendre un nouvel état d’esprit » Par Kevin Kelly.

Exemple de modèle économique gratuit :

Google est une société qui a été fondées par Larry Page et Sergey Brin le 27 septembre 1998 en Californie et qui s’est donnée comme mission d’organiser sur un plan mondial l’information et de la rendre plus accessible et plus utile.

Actuellement, Google est parmi les premières entreprises au niveau mondial en terme de chiffre d’affaire. En 2010, Google possède 2 millions de serveurs contre 400 000 en 2006 et ceci est une évolution phénoménale.

Google est le produit phare (le moteur de recherche le plus utilisé au monde) qui impose ses rythmes à l’ensemble des technologies de recherche sur le web et c’est pour cette raison qu’il mérite qu’on observe avec soin ses évolutions actuelles. Aujourd’hui il nous est dû de compléter nos formations (sur le traitement des requêtes, sur le mode opératoire des butineurs d’inde et du positionnement par algorithme-pagerank) par une sensibilisation « critique » au modèle économique sur lequel repose ce dernier.

Google propose des services associés assez larges pour capter l’attention des internautes (Gmail, création de blogs, archivage de photos) et sélectionne les données les plus importantes pour mieux servir le grand public.

Google est un moteur qui garde toujours des traces de notre passage ainsi que l’historique de nos recherches. Toutes ces informations sur nous même que nous donnons volontairement sont utilisées par ce dernier et sont vendues à des annonceurs mais depuis mars 2007, on nous assure que les recherches qui datent de plus de 18 mois sont rendues anonymes et ne sont pas vendues nominalement aux annonceurs.

Il est donc impératif de faire attention aux illusions de la gratuité de beaucoup de services web. La génération Y est la plus touchées inévitablement, car elle a été toujours accompagnée par le monde numérique. Alors il faut éliminer cette confusion entre un support de communication et une source d’information.

-- A propos de l'auteur

Imane TALBIA

Etudiante à l’Ecole supérieure de commerce de toulouse, 22 ans, chef de projet dans une agence d’évenementiel

Source : Les nouveaux comportements des internautes - Articles Gratuits

Rédigé par Jérôme

Publié dans #Infos

Repost 0
Commenter cet article